Intergénérationnel

FONDATION PRIVEE

MARIE LOUISE ET ALBERT DECERF

 

Intergénérationnel

Constat de départ

Dans notre contexte sociologique actuel, dans une société très axée sur les valeurs matérielles, les personnes d’âges diversifiés vivant en milieu urbanisé ou rural isolé ont très peu d’occasion de se côtoyer. Les structures qui les accueillent les plus jeunes et les plus âgés sont sans lien et les personnes qui les dirigent n’ont pas souvent conscience de la nécessité de tels échanges. Par ailleurs, une priorité actuelle va dans le sens de l’augmentation des places d’accueil encadré pour seniors et pour enfants plutôt que dans la multiplication de petites structures familiales et dans le potentiel qualitatif de l’encadrement.

 

D’un autre point de vue, on constate depuis plusieurs années en Belgique et particulièrement dans les grandes villes une croissance démographique exponentielle des moins de 3 ans et des plus de 80 ans : le « baby-boom » et le « papy-boom » sont deux réalités à prendre en considération dès aujourd’hui. Alors pourquoi ne pas associer les deux au sein de petites unités d’accueil de qualité ?

 

Enfin, au cœur de l’articulation de cette problématique se situe la génération intermédiaire des 25 à 50 ans, adultes aux prises avec la problématique du manque de places d’accueil pour les jeunes enfants et pour les parents vieillissants, adultes seuls ou en couple en recherche de sens et de valeurs à expérimenter dans la vie ordinaire « ici et maintenant ». Actuellement, la communication authentique peut difficilement se nouer entre la génération des enfants devenus adultes et des parents vieillissants sur certains thèmes tabous qui touchent le cœur même des relations de soutien ou de dépendance des uns envers les autres.

 

C’est aussi ces mêmes « jeunes » parents qui sont en questionnement : soit ils travaillent et cherchent fébrilement des aides qualitatives, soit ils font le choix de rester au foyer et ne bénéficient d’aucune reconnaissance de leur statut et de très peu d’aides spécifiques rapides et adaptées en cas de besoin. C’est pourtant eux qui prennent une place active dans les décisions de la société, qui participent à l’économie globale et qui ont des forces vives à mettre en jeu. Mais ce « jeu » a des règles qu’ils ne comprennent plus toujours, qui les dépassent, qui les excluent, qui les bousculent dans leurs croyances et leurs opinions. Un changement spécifique de notre société après la deuxième guerre mondiale a créé un bouleversement des mentalités et des relations entre générations.

 

La Fondation MLAD veut ouvrir une porte d’interpellation : non seulement promouvoir des lieux de vie pour les seniors et d’accueil pour les jeunes enfants mais aussi des lieux d’habitats partagés, de réflexion et de participation des adultes de tous âges. Un environnement et un cadre de haute qualité basé sur un mode participatif où les bénéficiaires sont aussi les décideurs, où l’accompagnement à tous les stades de la vie se fait avec la conscience réelle du respect des autres et des diversités, où la communication authentique et le partage sont des valeurs vécues au quotidien. Cet accompagnement se fait, entre autres, à travers la solidarité entre les habitants de générations différentes mais aussi par la présence d’un facilitateur professionnel qui pourrait lorsque le groupe le sentirait nécessaire assurer un soutien humain et/ou logistique à la vie du groupe ou à ses prises de décisions.

ACCUEIL